Le virus de Schmallenberg (SBV)

/template/fleche_fiche_tech Le point sur le maladie


Agent pathogène : virus, qui touche essentiellement les ovins, bovins et caprins.


Mode de contamination : par transmission vectorielle, principalement par des Culicoïdes (moucherons), mais peut-être aussi par des moustiques ou des tiques.


Symptômes : le SBV peut se présenter sous deux formes :

  • Forme congénitale de SBV: manifestation différée de l’infection in utéro par le virus SBV. Les symptômes sont alors caractéristiques de la maladie: avortements et naissances de produits le plus souvent non viables chez les bovins, ovins, caprins. Ces nouveaux nés peuvent présenter des troubles neurologiques ou des malformations congénitales typiques :
  • Déformation ou blocage de l’articulation d’un ou plusieurs membres
  • Malformation de la colonne vertébrale
  • Anomalie du port de la tête
  • Raccourcissement de la mâchoire inférieure
  • «Grosse tête»

 

  • Forme aigüe de SBV: manifestation aigüe de l’infection chez l’adulte. L’expression est faible chez les ruminants: hyperthermie, diarrhée, perte d’appétit, chute de production, …


L'info en plus : des vaccins viennent d’être autorisés en France. L’immunité serait acquise 3 semaines après la primovaccination, en 1 ou 2 injections selon les protocoles. La durée de l’immunité n’a en revanche pas encore été établie.


Comprendre vos analyses


Type analyse

Résultat analyse

Interprétation
pour l’éleveur

Action à mettre
en place

PCR sur avorton

POS

Cause possible de l’avortement

Déclaration au GDS

Sérologie ELISA sur la mère

POS

l'animal a rencontré le virus au cours de sa vie, il y a 1, 2 voir 3 ans. l'interprétation est difficile.

rien

Sérologie ELISA sur nouveau-né avant prise de colostrum
POS
Animal ayant été infecté au cours de la gestation
Déclaration au GDS


/template/fleche_fiche_tech NOS ACTIONS


Surveillance


Le dispositif de surveillance a montré que le virus a largement circulé sur le territoire au cours des deux premières campagnes de suivi. La troisième campagne s’est achevée ce 31 août. Les résultats suggèrent une réduction importante, mais pas un arrêt de la circulation du virus.

L’ensemble des acteurs de la Plateforme Nationale d’Epidémiosurveillance en Santé Animale (Plateforme ESA) s’accorde sur l’intérêt de maintenir une surveillance destinée à répondre à la question de la persistance ou non de la circulation du virus.

Sur la base d’un récent avis de l’Anses, le groupe de suivi de la Plateforme ESA a élaboré un protocole de surveillance du SBV pour la saison 2014-2015 ayant pour objectif de suivre l’évolution de la circulation du virus à l’échelon des départements surveillés (dispositif volontaire) et à l’échelon national.

 

Le protocole de surveillance 2014-2015 (01/09/2014 au 31/08/2015):

    • Seuls les élevages correspondant aux critères de déclaration obligatoire des avortements au titre de la brucellose sont inclus dans la surveillance c’est-à-dire :

Ovins /Caprins Elevage cas : à partir de 3 agneaux /chevreaux qui présentent à la naissance un ou plus des 5 signes cliniques ci-dessus.

Bovins Elevage cas : 1 veau ou plus présente(nt) à la naissance au moins un des signes cliniques présentés ci-dessus.


    • Les cas suspects font l’objet de la réalisation par le vétérinaire d’un prélèvement transmis au Laboratoire d’analyse, jusqu’à concurrence de 20 suspicions maximum par an et par département.

·   

Quel que soit le résultat des analyses, chaque élevage ne peut faire l’objet que d’un seul prélèvement sur animal suspect au cours d’une campagne de surveillance.

 

En cas de suspicion, le vétérinaire vérifie que le cas et l’élevage sont conformes aux critères cliniques d’inclusion définis dans le cadre de la surveillance.


En cas de suspicions, les prélèvements possibles sont :

  • En priorité, et dans la mesure du possible, le prélèvement de sang (prélèvement sur tube sec) chez le nouveau-né suspect avant prise de colostrum ;
  • A défaut,  le prélèvement d’encéphale du nouveau-né suspect.


La sérologie de la mère n'est pas un prélèvement prévu par le dispositif puisque ininterprétable dans les zones où le virus a très largement circulé depuis 2011.

Suite à la réception des fiches de commémoratifs remplies par le vétérinaire, les GDS réalisent leur enregistrement sur la Plateforme ESA.(renvoi à faire)


Pour plus d’informations sur ce protocole et sur sa mise en place dans les départements de Poitou-Charentes, contacter votre GDS.


Les aides financières en:

  • Charente
  • Charente-Maritime
  • Deux-Sèvres
  • Vienne