La Gale Ovine ou gale du corps (Gale psoroptique)

/template/fleche_fiche_tech Le point sur la maladie


Agent pathogène : maladie parasitaire due à des acariens microscopiques, Psoropte Ovis.


Mode de contamination : parasitose très contagieuse qui se développe sur tout le corps du mouton et qui se propage rapidement au sein des troupeaux. L’infection se fait par contact d’une brebis saine  soit avec une brebis infectée, soit avec des morceaux de laines ou un milieu contaminé. Cela peut se produire lors :

  • de l’achat d’un animal infecté mais ne présentant pas de lésions (porteur sain), 
  • au pâturage, avec des moutons voisins ou lors de divagation d'animaux,
  • indirectement à partir d’objets qui ont été en contact avec les porteurs et donc souillés par des parasites : bâtiments, matériel, clôtures, véhicules de transport...


Symptômes : de gravité variable allant d’un portage latent sans symptôme jusqu'à la mort. Dans un troupeau atteint, de nombreux animaux (jusqu’à 90 %) sont affectés, présentent des démangeaisons et une toison dépouillée. Des croûtes jaunâtres apparaissent recouvrant une peau suintante. La peau s’épaissit et forme des indurations du derme dans les croûtes. Des plaies et des abcès de surinfection apparaissent. A ce stade, les animaux commencent à maigrir, l’état général des animaux peut alors rapidement se dégrader et aller jusqu'à la mort.

agneau ' léopard '


Chez l’agneau des taches blanches et humide apparaissent (les agneaux sont dits « léopard », du fait de l’aspect de leur toison).


L'info en plus : Il y a également des facteurs favorisant l’apparition de symptômes. Les souillures par l’urine et les fèces (litière excessivement accumulée) sont de véritables sources d’irritation pour la peau et les animaux sont alors plus sensibles.

La contagiosité de la maladie est telle que dans certains départements, un arrêté préfectoral imposait le traitement obligatoire dans tous les élevages ovins.

De plus, cette maladie est aujourd'hui classée en danger sanitaire de catégorie 2. Un groupe de travail national a été mis en place pour recenser les différentes actions sur le territoire, et définir la possibilité d'un plan national.


Comprendre vos analyses :

Type analyse

Résultat analyse

Interprétation pour l’éleveur

Action à mettre en place

Sérologie ELISA

  «POS»

  ovin infecté et porteur du parasite

 Traitement du troupeau selon protocole GDS

 


/template/fleche_fiche_tech Nos actions


Prévention


> A l'introduction

La gale est une maladie qui s’achète, prudence lors d’introduction d’animaux dans votre exploitation. Il est fortement recommandé de réaliser une quarantaine et un traitement de ces animaux.


> Traitement préventif

Il est fortement recommandé de réaliser un traitement, chaque année, de l’ensemble de votre troupeau. De plus, ce traitement est à large spectre, il sert également à lutter contre d’autres maladies parasitaires.


Plan de Lutte


>Plan de maîtrise de la maladie

Lors d’une suspicion dans un cheptel, il y a 2 possibilités pour confirmer le diagnostic :

  • par prise de sang, où seront recherchés les anticorps dirigés contre la gale (méthode permettant de détecter les porteurs sains mais ne concerne que la gale psoroptique),
  • par identification des acariens, suite à un prélèvement par le vétérinaire (grattage  de la peau) sur n'importe quelles parties du corps du mouton.

En cas de gale avéré, un traitement doit être mis en place et fait de manière rigoureuse si l’on veut qu’il soit efficace, une seule brebis mal traitée entraînera un échec de traitement. Il faut donc bien respecter : le mode d’administration, la posologie, le nombre de traitement. Tous les animaux de l’élevage doivent être traités dans un laps de temps le plus court possible (au mieux le même jour). Les bâtiments et le matériel doivent être nettoyés et désinsectisés.

Lorsqu’un troupeau est concerné, c’est tout le voisinage qui l’est ! Le traitement pour être efficace doit être collectif. Il faut intervenir dans le même temps avec des moyens efficaces (baignade) et ne pas se contenter d’une pulvérisation sur le dos des animaux qui va masquer la maladie mais ne pas l’enrayer.

 

  Demandez conseils à votre GDS et à votre vétérinaire  

 

/template/fleche_doc Les aides financières en :

(cliquez sur votre département)