Campagne de prophylaxie des Petits Ruminants 2015 (juin 2015)



La campagne de prophylaxie brucellose sur les petits ruminants a débuté dans tous les départements de la région. Les dates de campagnes sont propres à chaque département et sont définies par les DD(CS)PP par arrêté préfectoral. Pour la campagne 2015 les dates sont :

Département

16

17

79

86

Date de début

01/01/2015

01/01/2015

01/04/2015

01/04/2015

Date de fin

31/12/2015

30/09/2015

31/03/2016

31/08/2015

Depuis maintenant deux campagnes, les nouvelles modalités d’application du dispositif de surveillance de la brucellose, sont définies par l’arrêté du 10 octobre 2013, fixant les mesures techniques et administratives.


/template/fleche_fiche_tech Une situation nationale favorable


La Commission européenne a reconnu par sa décision du 9 décembre 2014 le statut officiellement indemne (OI) de brucellose ovine et caprine (Br. Melitensis) de l’ensemble des départements de France métropolitaine, à l’exception du département des Pyrénées-Atlantiques dans lequel une vaccination est en place pour la lutte contre l’épididymite contagieuse ovine. La France n’a connu aucun foyer de brucellose ovine et caprine depuis fin 2003. La situation de la France est favorable, dans un contexte assaini. Toutefois, les évènements récents (cas bovins en 2012, cas humains, …) illustrent bien que sa réapparition en France ne peut pas être exclue et cela nécessite donc de rester vigilant.


/template/fleche_fiche_tech Une évolution de la réglementation pour s’adapter à

notre situation épidémiologique maintenant favorable


Le dispositif actuel a été mis en place en 1998, période où la maladie était largement présente sur le territoire, en particulier dans le sud-ouest. Ce dispositif permet de détecter précocement la réapparition éventuelle de foyers de brucellose chez les petits ruminants et de vérifier le maintien de la situation favorable au niveau national, tout en étant en conformité avec la réglementation européenne. Les deux volets de la surveillance de la brucellose : le dépistage sérologique régulier dans les troupeaux (surveillance programmée) et la surveillance des avortements (surveillance événementielle) ont fait l’objet de révision pour s’adapter à la situation épidémiologique actuelle.

  • La surveillance événementielle est désormais basée sur la déclaration et l’investigation des séries d’avortements: déclaration obligatoire à partir de 3 avortements survenus dans un délai de 7 jours ou moins
  • La surveillance programmée est basée sur le dépistage intra-cheptel sur une fraction du troupeau quel que soit le type de production


/template/fleche_fiche_tech Un dépistage sérologique sur les animaux en âge de

reproduire


La prophylaxie est basée sur des analyses individuelles sur prélèvement de sang. Le contrôle est réalisé à un rythme annuel pour les producteurs de «lait cru» ou un rythme quinquennal pour les autres producteurs, sur une fraction représentative d’animaux répartie de la manière suivante :

  • Tous les animaux mâles non-castrés âgés de plus de six mois.
  • Tous les animaux introduits (hors naissance) depuis le contrôle précédent.
  • 25 % des femelles en âge de reproduire ou en lactation, avec un minimum de 50.
  • Toutes les femelles pour les exploitations de moins de 50 animaux.

Si possible, les animaux ayant été dépistés lors du contrôle précédent sont exclus du dépistage. Parmi les animaux éligibles n’ayant pas encore fait l’objet d’un dépistage, l’échantillonnage est conduit de la manière la plus aléatoire possible, c’est-à-dire sans cibler des animaux partageant un caractère commun (animaux du même lot). Tous les détenteurs d’ovins ou de caprins, même à faible effectif, sont soumis à cette règle.

Source: GDS Creuse

Publié le 26/05/2015