BVD (Diarrhée Virale Bovine)_maladie des Muqueuses

/template/fleche_fiche_tech Le point sur la maladie


Agent pathogène : un virus, qui touche essentiellement les bovins.


Mode de contamination : par un contact de «mufle à mufle» entre un animal sain et un animal excréteur du virus, mais peut également être transmis de la mère au fśtus.

Deux types d’animaux sont excréteurs de virus :

  • Le virémique transitoire = infecté temporaire : c’est un animal sain qui rencontre le virus pour la première fois. Il devient virémique et contagieux pendant 2 à 3 semaines. Temporairement fragilisé, il devient sensible à d’autres infections secondaires (diarrhées, maladies respiratoires …). Au bout de 3 semaines, l’animal s’immunise en produisant des anticorps et cesse d’être contagieux. Il est alors protégé contre la maladie et inoffensif pour le reste du troupeau. Le virus est éliminé en totalité.
  • L’Infecté Permanent Immunotolérant (IPI) = excréteur de virus à vie et qui ne conséquences de la BVD chez une vache gestante séronégatives’immunisera jamais : c’est un animal issu de la contamination d’une femelle gestante séronégative, environ entre 40 et 120 jours de gestation. Un animal nait I.P.I, il ne peut pas le devenir. Il excrète du virus dès les premiers instants de vie et en très grande quantité. On parle de " bombe à virus ". Ces animaux entretiennent la maladie dans les troupeaux. De plus, une femelle IPI donnera systématiquement naissance à un veau IPI. Beaucoup d’IPI meurent dans les 2 ans, mais d'autres vivent normalement et longtemps ! Il est donc parfois très difficile de les reconnaître.


Symptômes : différents selon l’âge et le type de l’animal :

  • Chez le jeune : diarrhées, problèmes respiratoires, problèmes de croissance et parfois la mort.
  • Chez l’adulte : avortements, retours en chaleur, troubles de la fertilité.
  • Chez les IPI : développement de la maladie des muqueuses: ulcération des muqueuses, diarrhée brutale, incurable et mortelle en quelques jours.


L’info en plus : Le virus est peu résistant en milieu extérieur (quelques heures), le matériel et le milieu extérieur jouent donc un rôle mineur dans la transmission.

La maladie n’étant pas transmissible à l’homme, la viande d’un animal excréteur de virus est donc consommable.


Comprendre vos analyses

Seule une analyse de laboratoire permettra de confirmer la présence du virus dans l’élevage. Attention pour les animaux de moins de 6 mois le prélèvement doit être effectué avec un tube EDTA.

Type analyse

Résultat d’analyse

Interprétation pour l’éleveur

Action à mettre en place

PCR

«POS FORT»

animal IPI

Isoler et éliminer le bovin

PCR ou virologie ELISA *

« POS »

Animal VT ou IPI

Recontrôle du bovin dans 3 semaines,
si de nouveau «POS» alors animal IPI

Sérologie ELISA *

«POS»

bovin immunisé

bovin à conserver

* sur bovin de plus de 6 mois uniquement


interprétation des analyses BVD



/template/fleche_fiche_tech Nos Actions


Surveillance


> Indicateur de troupeau

La recherche régulière de la présence ou non d’anticorps dans une population de troupeau permet de déterminer si il y a eu ou pas une circulation du virus. Cet indicateur est élaboré :

  • Chez les allaitants, à partir de prélèvements sanguins réalisés lors de la prophylaxie, soit sur des jeunes de 8 à 18 mois en individuel, soit en mélange sur 8 animaux entre 24 et 36 mois de la prophylaxie.
  • Chez les laitiers, à partir de la combinaison des trois derniers résultats de lait de tank. Ces prélèvements ont lieu 2 ou 3 fois par an.
Trois niveaux d’indicateur permettent à l’éleveur de situer son troupeau vis-à-vis de la BVD :

Indicateur

Risque de détenir un IPI dans le troupeau

A

Faible

B

A confirmer

D

Important


Prévention

> Le contrôle à l’introduction
Quelques soit l’âge du bovin, un contrôle de la BVD lors de l’introduction doit être réalisé. Après obtention d’un résultat permettant d’avoir un statut non IPI, l’animal peut être mélangé avec le troupeau.

Attention : si le bovin acheté est une vache gestante qui doit vêler dans les prochains mois, même si celle-ci est garantie non-IPI, elle peut être porteuse d’un veau IPI. Afin d’écarter ce risque, et d’introduire la maladie dans le troupeau tel un cheval de Troie, deux possibilités :
  • une recherche sérologique complémentaire sur la mère dès l'achat peut être réalisée. Si le résultat de la recherche d'anticorps est positive, il est souhaitable d'isoler la mère au vêlage et d'effectuer une recherche virologique sur le veau dès la naissance. Le couple doit rester isoler jusqu'à l'obtention du résultat.
  • le veau dès sa naissance doit être contrôlé en BVD avec une analyse PCR.


> La reconnaissance du statut «BVD: BOVIN NON IPI»

Comme pour l’IBR, l’ACERSA avait mis en place un cahier des charges afin de faire reconnaître et valider le statut NON-IPI des bovins. La mise en place est en cours, et permettra à terme, de faire porter la mention «BVD: BOVIN NON-IPI» sur la carte verte de l’animal, facilitant ainsi les échanges.

En 2014, GDS France se fixait pour objectif l’éradication du BVD via la création d’un programme collectif et national. Actuellement, la constitution d’un modèle règlementaire est en cours et sera proposé au prochain CNOPSAV (Comité National d'Orientation de la Politique Animale et Végétale) à l'automne 2017. La signature de l’arrêté qui en résultera rendra effective sa mise en application au sein de nos départements :

-Organisation du dépistage et de la collecte de données épidémiologiques visant à surveiller les troupeaux.

-Généralisation des mesures d’assainissement des troupeaux infectés de B.V.D.

-Acquisition de l’appellation « BOVIN NON IPI ».

-Application de mesures restrictives à la circulation des animaux IPI puis à la circulation des animaux ne disposant pas de l’appellation « BOVIN NON IPI ».


Plan de Lutte


> Plan d’assainissement

Objectif: identifier et éliminer les IPI dans les troupeaux atteints.

Une fois les IPI éliminés, la situation sanitaire du troupeau s’en trouve améliorer. En concertation avec le vétérinaire, la recherche virologique et les mesures d’élimination peuvent être associées à un plan de vaccination sur les mères afin de protéger les gestations, en fonction du contexte épidémiologique de l’élevage.

 

  Demandez conseils à votre GDS et à votre vétérinaire  


/template/fleche_doc Les aides financières en :


(cliquez sur votre département)