Amélioration de l'état sanitaire

L’un des objectifs principaux des GDS Poitou-Charentes est l’amélioration de l’état sanitaire des troupeaux de leurs départements. Pour cela, différentes mesures de surveillance et de lutte sont mises en place pour chaque maladie.


/template/fleche_fiche_tech IBR


L'IBR est une maladie réglementé par arrêté ministériel depuis 2006. Ainsi, tout animal détecté positif lors d’une introduction, de la prophylaxie ou autre doit être vacciné ou éliminé dans les 2 mois qui suivent le résultat. En parallèle à ces mesures, les GDS du Poitou-Charentes proposent un plan de lutte lorsque l'élevage est fortement touché.


Surveillance

Contrôle en prophylaxie annuelle.


Lutte

L’objectif de la lutte contre l’IBR est de stopper la circulation virale par une vaccination massive des cheptels atteints.

1. Vaccination de l'ensemble du cheptel des animaux de 0 à 999 mois pendant un an.
2. Entretien de la vaccination sur les animaux déjà vaccinés. On laisse venir la nouvelle génération sans vaccin. On les contrôle à partir de l'âge de 8 mois d'âge régulièrement.


/template/fleche_fiche_tech BVD


Le passage du virus BVD dans un élevage bovin peut avoir de graves conséquences techniques et financières. C’est pourquoi les GDS Poitou-Charentes proposent aux élevages :

  • de réaliser un sondage BVD,
  • un plan de lutte contre le BVD dans les cheptels infectés afin de les aider à s’assainir et à se protéger de la maladie en apportant une aide technique et financière.


Surveillance

Pour les laitiers, analyses sérologiques de lait de tank 2 à 3 fois par an.

Pour les allaitants : sondage sérologique sur quelques animaux lors de la prophylaxie.


Lutte

Ce plan est mis en place pour une durée minimale de 2 ans. Il se déroule en différentes étapes:

1. Clés d'entrée :

  • mise en évidence d'animaux IPI dans l’élevage,
  • analyses sérologiques réalisées sur des jeunes animaux (8 à 24 mois) pour voir si la circulation est récente.

2. Détection IPI : les contrôles des animaux sont effectués sur les bovins sans descendance, car un veau NON-IPI garantit automatiquement sa mère. La liste de ces animaux est éditée par votre GDS.

Sur la base de cette liste, des analyses virologiques par PCR seront réalisées. Ensuite les mères des IPI détectés seront testées, ainsi que l'ensemble des veaux à naître tant que les IPI sont présents.

3. Élimination des IPI : l’ensemble des animaux IPI détectés doivent absolument être mis à l’écart du troupeau reproducteur et être éliminés le plus rapidement possible suivant le protocole de votre GDS.

4. Pour s'assurer qu'il n'y a plus de circulation BVD, l’ensemble des veaux à naître dans les 9 mois suivant l’élimination du dernier IPI doivent être dépistés.


Une vaccination pour protéger les gestations peut être mise en place suivant les recommandations de votre vétérinaire.


/template/fleche_fiche_tech PARATUBERCULOSE


La paratuberculose peut entrainer des pertes importantes et ne se soigne pas, il est donc essentiel de prévenir son apparition dans les élevages, et, le cas échéant un plan de lutte efficace doit être mis en place.


Surveillance

Prophylaxie volontaire à la demande de l’éleveur.


Lutte

La maîtrise de la maladie passe par l’élimination des bovins positifs et de leur dernier descendant, et la mise en place de mesures sanitaires.

1.  Analyse de l’ensemble des animaux de plus de 24 mois,
2. Votre GDS réalise ensuite une étude des lignées afin de vous aider aux choix de renouvellements et de réformes,
3.  Réforme des animaux positifs,
4. Application de mesures sanitaires adaptées à la conduite de l’élevage.

/template/fleche_fiche_tech NEOSPOROSE


La néosporose entraine de nombreux avortements et une vache infectée transmettra la maladie à sa descendance dans 90% des cas. Il est donc important de prévenir et assainir les élevages touchés afin de limiter les pertes financières.


Surveillance

Déclaration d'avortement et recherche sérologique sur la mère ou par PCR sur avorton.


Lutte

Ce plan de maîtrise repose sur :

1. Un contrôle sérologique régulier des non-connus positifs, des jeunes de plus d’un an, et des introductions. Lorsqu’un chien, vecteur de la maladie, est présent sur la ferme, son dépistage est également fortement recommandé.

2. Une élimination progressive des bovins positifs vers la boucherie.

3. Une recherche systématique lors de tout nouvel avortement.

4. L’application de mesures sanitaires adaptées à la conduite de l’élevage.

5. La maladie se transmettant de la mère au veau pendant la gestation, une étude de lignée est réalisée par votre GDS