Tuberculose Bovine en Poitou Charentes : Bilan de l’année 2014 et biosécurité

Rythme de prophylaxie de la tuberculoseAlors que l’on ne trouvait que 3-4 cas/an de tuberculose en Poitou-Charentes jusqu’en 2013, l’année 2014 a été marquée par une forte progression de la maladie et plus particulièrement dans le Sud-Charente où l’on a dénombré 12 cas de tuberculose en 2014. La faune sauvage semble également touchée dans cette zone. C’est pourquoi, des mesures de lutte et de recherche plus strictes de la maladie ont été mises en place dans certaines zones considérées à risque.

En Deux-Sèvres, 3 foyers en lien épidémiologique ont été découverts avec une souche de la bactérie qui semble locale. De ce fait, une surveillance sur un périmètre de 5 km autour des foyers a été engagée pour 3 ans sur les cheptels bovins. 


La tuberculose est une maladie insidieuse contre laquelle il est important de protéger votre troupeau.

N’introduisez pas la maladie dans votre ferme:

-Introduction d’animaux: limiter au maximum le nombre de cheptels vendeurs et privilégiez des vendeurs que vous connaissez. N’achetez pas à la foire. En cas d’introduction, effectuez un transport direct, évitez le passage par des centres d’allotement et à l’arrivée dans votre cheptel, respectez une quarantaine. Attention aux taureaux baladeurs…

-Rassemblements : ne participez pas aux concours ne demandant aucune garantie.

-Intervenants en élevage: utilisez un pédiluve de façon systématique. Pour les marchands d’animaux, prévoyez si possible une zone de chargement à l’écart du troupeau. Limitez au maximum l’accès de votre exploitation aux visiteurs non nécessaires.

Limitez le contact avec le voisinage:

En cas de pâtures voisines, empêchez le contact mufle à mufle grâce à des doubles clôtures ou des haies. Maîtrisez la divagation de vos animaux.

Limitez les risques liés au matériel en commun:

Vous devez impérativement nettoyer et désinfecter avec des produits homologués tout matériel utilisé en commun (bétaillère, camion, couloir de contention, râtelier,…). La désinfection doit être faite après un nettoyage minutieux pour être efficace.

Concernant les épandeurs à fumier, même s’ils sont très compliqués à nettoyer totalement, enlevez autant de matière organique que possible, afin de limiter les risque de transport de la maladie d’une ferme à l’autre.

Limitez le contact avec la faune sauvage:

- Evitez de nourrir les animaux au pré, surtout le soir. Si vous n’avez pas le choix faites en sorte de rendre l’eau, la nourriture et les blocs/seaux inaccessibles pour les blaireaux (plus de 75cm du sol),

- si vous avez des terriers ou latrines de blaireaux dans vos pâtures, interdisez-en l’accès (clôtures) et limitez le surpâturage pour éviter que les vaches n’aillent fouiner autour,

- couvrez le front d’attaque du tas d’ensilage et si cela est possible empêchez-en l’accès grâce à une clôture électrique (fils à 15 et 30cm du sol),

- dans la mesure du possible, rendez vos bâtiments inaccessibles et moins attractifs pour la faune sauvage: nettoyez régulièrement l’auge et les aliments tombés, conservés les concentrés dans de solides bacs qui peuvent être fermés.

Toutes ces mesures de biosécurités visent à limiter les risques de contamination de votre cheptel par la tuberculose. Elles peuvent parfois être difficiles à mettre en place mais en les respectant au maximum, vous limiterez le nombre d’entrées possibles de la maladie dans votre cheptel.

Diaporama AG86 du 05/02/2015 _ Dr Philippe DUBOIS

Diaporama AG86 du 05/02/2015_ Dr ALVADO-BRETTE


/template/fleche_fiche_tech Prévenir la tuberculose bovine dans mon élevage
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)