Influenza aviaire : point situation au 08/12/2015

Situation sanitaire en matière d’influenza aviaire hautement pathogène (I.A.H.P.) : à ce jour, on dénombre 4 foyers en Dordogne (un élevage de poules de basse-cours avec 70% de mortalité, 2 élevages de canards et un élevage d’oies) et 2 foyers dans les Landes (un élevage de pintades avec forte mortalité et un élevage de canards). Deux souches différentes d’I.A.H.P. ont été isolées par le L.N.R. : le premier foyer détecté est dû au virus H5N1 et l’un au moins des foyers de Dordogne est dû au virus H5N2. Le typage des autres foyers n’est pas encore disponible. Les foyers sur les élevages de palmipèdes l’ont été grâce à la surveillance nationale programmée (sérologies positives sur des élevages de canards et oies) et ceux sur les pintades et poules par la surveillance évènementielle (mortalités). Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du Ministère faisant état des deux foyers landais et du 4ème foyer de Dordogne confirmés ce lundi 7 décembre.

/template/icone_PDF communiqué presse du ministre

Vous trouverez une information complète sur le site de la plateforme E.S.A.http://www.plateforme-esa.fr/?q=node/35864

Une enquête épidémiologique est en cours, elle est menée par la C.I.R.E.V. (Cellule Inter Régionale d'Epidémiologie Vétérinaire) avec un appui de l’Anses.

 Vous voudrez bien trouver en ci-dessous :

  • Une instruction précisant les mesures de surveillance élargie à mettre en place chez les oiseaux captifs (élevage ou basse-cours) dans les zones réglementées (recensement, visite vétérinaire et prélèvements éventuels). Cette instruction appelle notamment à la vigilance des vétérinaires et des éleveurs de volailles sur l’ensemble du territoire national vis-à-vis des signes cliniques, y compris de faible intensité, comme les faibles hausses de mortalités, les faibles diminutions de chute de ponte et les faibles diminutions de consommation. Les palmipèdes (oies, canards) expriment moins la maladie que les dindes et les poules ou poulets.
  • Un arrêté ministériel déterminant une zone B « à faible risque », limitant les mouvements depuis cette zone et imposant des mesures de recensement et de surveillance, conformément à la décision européenne 2006/415 en cas de foyer de H5N1 (la zone B correspond à la zone grise sur la carte ci-dessous).


La France n’est plus indemne d’I.A.H.P., il faudra 3 mois après la désinfection du dernier foyer pour retrouver le statut officiellement indemne de l’O.I.E.

Nous continuerons de vous tenir informé de la situation.

Publié le 09/12/2015