I.A.H.P : situation en Deux-Sèvres au 03/01/2017

Le point sur la grippe aviaire suite à la découverte de deux cas en Deux-Sèvres :

A l’initiative de la Chambre d’agriculture une réunion s’est tenue lundi en fin d’après-midi à la Préfecture pour faire le point sur la situation de la grippe aviaire et les mesures mises en œuvre pour tenter d’éradiquer cette épizootie fortement pathogène.

Cette réunion, présidée par le Préfet, réunissait les services de l’Etat concernés, la Chambre d’agriculture, le GDS ainsi que les représentants des organisations syndicales. La  DDCSPP a confirmé que le virus responsable était bien le H5N8, un virus hautement pathogène retrouvé également en fin d’année dans les élevages contaminés du Sud-Ouest. Cette confirmation de cas déclenche tout un protocole de mesures avec la mise en place d’une zone de protection qui concerne les communes de Fors, La Chapelle Bâton, Augé et St Christophe sur Roc et d’une zone de surveillance qui englobe toutes les communes situées dans un rayon de 10 km autour des 2 foyers de Fors et de La Chapelle Bâton.
 
/template/icone_PDF Carte des communes concernées

Des analyses pour rechercher la présence éventuelle du virus vont être réalisées par les services vétérinaires dans tous les élevages de volailles (professionnels et basse-cours familiales) présents dans la zone de protection et tous les élevages professionnels de la zone de surveillance feront l’objet de visites vétérinaires pour contrôler l’état sanitaire des animaux.

Si le recensement des élevages professionnels (une cinquantaine sont concernés) ne pose pas de problème, c’est loin d’être le cas pour les élevages familiaux qui ont l’obligation de se déclarer en mairie. Des relances vont être faites dans ce sens auprès des maires pour réaliser ce listing. Par ailleurs toute apparition de signes cliniques ou toute augmentation de la mortalité ainsi que toute baisse importante de production (chute de ponte, perte de croissance inexpliquée) doivent  être signalées à la DDCSPP.

Tous les détenteurs de volailles doivent mettre en œuvre les mesures de biosécurité pour prévenir le risque de diffusion de la maladie, notamment via le contact avec les oiseaux sauvages, en protégeant l’accès à l’alimentation, à l’abreuvement  en privilégiant le maintien des oiseaux dans les bâtiments dans la mesure du possible.

 /template/icone_PDF Précautions à prendre pour les particuliers ayant une basse cour

Les mouvements ou le transport de volailles sont également interdits dans ces deux zones. Des dérogations sont toutefois possibles en cas de nécessité. Elles sont délivrées par la DDCSPP sous réserve d’un transport direct et le respect des mesures de biosécurité.

Par ailleurs les véhicules entrant et sortant du site d’élevage doivent être nettoyés et désinfectés. Il en est de même pour les établissements en lien avec l’élevage à savoir les couvoirs, les usines d’aliments, les abattoirs, les équarrissages….

L’ensemble de ces mesures a fait l’objet de deux arrêtés préfectoraux :

/template/icone_PDF Arrêté préfectoral de FORS
/template/icone_PDF Arrêté préfectoral de LA CHAPELLE BATON


Ce dispositif peut apparaitre très contraignant mais c’est un passage obligé pour éviter une propagation du virus sur une plus grande échelle avec toutes les conséquences économiques qui s’en suivraient si le bassin avicole du Nord Deux-Sèvres était touché.

Les mesures de biosécurité sont consultables sur le site ITAVI


Source : Chambre d'Agriculture 79
                                                                                                                                                                     Publié le 05/01/2017