I.A.H.P : niveau d'alerte influenza H5N8

De nouveaux cas d'influenza aviaire hautement pathogène ont été détectés chez les oiseaux sauvages et dans des élevages commerciaux en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays Bas, au Danemark et également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche. Le virus a également été détecté en Israël.

Compte tenu de cette situation inquiétante tant par la diffusion large des cas détectés que du caractère très pathogène constaté pour les volailles, l'agence nationale de sécurité des aliments, de l'environnement et du travail (Anses) ainsi que l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont été saisis en urgence afin d'évaluer la nécessité de relever le niveau de risque pour la France tel que prévu par l'arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs. Ce niveau de risque était jusqu'à présent qualifié de « négligeable ».

Par arrêté qui paraitra demain, le niveau de risque sera élevé sur les zones à risque particulier (zones humides) et modéré sur le reste du territoire métropolitain.


/template/icone_PDF
Carte des zones à risque particulier


Depuis le 1er juillet 2016, l'arrêté du 8 février 2016 relatif aux mesures de biosécurité dans tous les élevages : le confinement (ou la protection par des filets) des élevages non-commerciaux (basses-cours) est obligatoire sans dérogation possible sur tout le territoire métropolitain.


En zone à risque particulier, le confinement (ou la protection par des filets) s'applique aussi aux élevages commerciaux : une dérogation sera permise sous couvert de réduction des parcours et validation du plan de biosécurité par une visite du vétérinaire sanitaire.

Les rassemblements de volailles sont interdits en zone à risque particulier.

La mise en mouvements des appelants et les lâchers de pigeons sont interdits sur tout le territoire métropolitain.

Le lâcher de gibiers est interdit en zone à risque particulier ; il est possible dans la zone à risque modéré sous couvert de mesures de traçabilité.

Un CNOPSAV sera réuni au ministère le mercredi 23 novembre de 13h à 15h.

                                                                                                                          Publié le 17/11/2016